Collaborations

Collaboration à l’écriture chorégraphique

Bienvenue en Turakie ! Terre non répertoriée sur les cartes du globe. Car tout droit sortie de l’imaginaire foisonnant du turak théâtre. Théâtre où les objets sont rois, collectés de par le vaste monde… ou au cours de séances d’archéologie du fond des poches ! Objets détournés, transfigurés pour construire cette Turakie rêvée, traversée de musiques et de mythologies inventées. Au milieu de ce bricolage poétique, des marionnettes aux faciès étranges sont manipulées à vue. Pour cette nouvelle création, c’est la belle andalouse Carmen, accompagnée des principaux personnages du célèbre opéra, qui fait un saut en Turakie. Elle emporte avec elle le cortège des amours contrariées. Mais attention : l’opéra de Bizet et la mémoire qu’il transporte avec lui passent au crible de la fantaisie turakienne, qui n’a jamais jamais connu de lois. Et c’est heureux !

Collaboration à l'écriture chorégraphique

Texte de Leslie Kaplan
Mise en scène Élise Vigier et Frédérique Loliée
avec Élise Vigier et Frédérique Loliée

Lumière - Maryse Gautier / Décor - Yves Bernard / Son et musique - Teddy Degouys et Manu Léonard / Guitare - Alexandre Bertin / Création vidéo - Romain Tanguy avec la collaboration de Quentin Vigier / Collaboration à l'écriture chorégraphique - Brigitte Seth et Montllò Guberna / Régie générale - Camille Faure / Perruques et maquillages - Cécile Kretschmar / Collaboration aux costumes - Laurence Révillion

Photo Christian Berthelot

 

Production Théâtre des Lucioles / Coproduction Théâtre de la Foudre, Scène nationale de Petit Quevilly, le théâtre de Cavaillon, Scène nationale / Avec le soutien du TGP-CDN de Saint-Denis et du CentQuatre (Paris) et de DICREAM / Diffusion EPOC productions.

 

 

C'est une pièce sur l'amour, la recherche de l'amour, le désir et la peur de l'amour, sur la solitude et sur le monde dans lequel nous vivons, et où nous sommes confrontés à une pensée faite de clichés, une pensée télé.

C'est une pièce sur la difficulté de dire son expérience sans la rabattre sur des idées reçues et du savoir acquis, c'est une pièce sur le désir de découverte, de nouveau, de départ et de changement, c'est une pièce sur les rêves et le rêve.

A partir de situations et de dialogues concrets, actuels, à travers tous les aspects possibles du langage, de la parole, de la folie, il s'agit d'attaquer, avec humour, les clichés, les idées reçues.

Il me semble que le théâtre est un outil privilégié pour travailler des formes contemporaines, conflictuelles, vivantes ou mortifères de la recherche de l'identité, présence de l'autre en soi, alienation, identification, reconnaissance ou non, de l'altérité.

Le texte est publié aux éditions P.O.L. .

Création avec le CNSMDP

Création mars 2013 - Inauguration de la Briqueterie et ouverture de la Biennale du Val-de-Marne

A l’occasion de l’inauguration de la Briqueterie et de l’ouverture de la Biennale du Val-de-Marne, la compagnie Toujours après minuit entre en création avec des danseurs du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris pour une série de spectacles où se mêleront danse, théâtre et musique.

Ce projet, construit sur deux ans, rassemblera des danseurs du Junior Ballet et des anciens élèves -qui ont terminé le cursus l’année précédente. L’occasion, pour ces jeunes artistes-interprètes en début de carrière, d’être engagés en tant que professionnels, dans un processus de création qui aboutira à une relation singulière avec le public. Le compositeur Jean-Pierre Drouet (percussionniste) et des acteurs (distribution en cours) participeront également à cette création. Un projet à l’initiative de la compagnie, en partenariat avec le CDC du Val-de-Marne et le CNSMDP. Une première collaboration que la compagnie espère renouveler au-delà de cet événement.

Création au Théâtre Pôle Sud à Strasbourg les 12 et 13 février 2013. 
Reprises les 15 février 2013 au Point D’Eau à Ostwald et 12 avril à La Saline à Soultz sous Forêts

Vivre ailleurs… Votre accent sonne, il vous précède, il vous (re)présente toujours «  d’où venez-vous ? »… Être ici mais de là-bas. Avec le temps, souvent l’émigré se sent étranger aussi dans son propre pays, «  ça ne se dit pas ça, mais que veux-tu donc dire exactement ? ». Il a comme un accent partout. De quoi perdre le nord, la tête, perdre pied…

Étrangers partout, les expatriés secouent leurs souvenirs pour tenter de partager un peu de leur vie d’avant. Ils leur font prendre l’air, les racontent aux autres et à eux-mêmes, avec la peur d’oublier des choses importantes, car ils n’ont pas, ici, de témoins de leur passé.

Virginia Heinen est née en Allemagne et vit en France depuis 17 ans. Elle est danseuse. Elle vit de ce métier ici, qu’elle a appris là-bas. Riche de ces deux cultures, allemande et française, mais aussi quelquefois perplexe devant la complexité de cette double identité, Virginia expose avec pudeur et humour cette dualité. Mais certains  de ses souvenirs, à elle, sont indélébiles, car le corps du danseur n’oublie jamais … l’école de Essen dans la région de la Ruhr, les cours de Jean Cébron la voix de Hans Züllig qui résonne depuis le fond du couloir…

Mise en scène et chorégraphie : Roser Montlló Guberna et Brigitte Seth
Texte : Brigitte Seth, en collaboration avec Virginia Heinen et Roser Montlló Guberna
Interprète : Virginia Heinen
Musiques : Kurt Weill
Lumière : Pascal Mazeau
Réalisation bande-son : Filippo Zapponi
Coproduction : Cie Blicke, Pôle Sud scène conventionnée à la danse et la musique, Strasbourg, Ballet de l’Opéra National du Rhin.
Avec le soutien : DRAC Alsace, ville de Strasbourg, Région Alsace

Commande du CNSMDP
Interprété par Louise Hakim et Jim Couturier

Mise en scène et chorégraphie Brigitte Seth et Roser Montlló Guberna
Musiques Antisten et Jean-pierre Drouet
Lumière Emmanuelle Stauble
Son Sébastien Tondo

Production : Paris quartier d'été
Avec le concours du Centre national de la Danse et de la Briqueterie - Centre de développement chorégraphique du Val-de-Marne

 

Danser sur John Cage ? Guincher sur de la musique contemporaine ? Vous plaisantez ? Mais pourquoi pas, au fait ? Spectacle et expérience collective, L’Extra Bal donne les clefs pour entrer dans la musique et dans la danse. Emmenés par Brigitte Seth, Roser Montlló Guberna et les musiciens du Cabaret contemporain, piétinez vos préjugés !
 
Fidèle à la vocation première du bal, qui est la rencontre, L’Extra Bal s’inaugure par celle de deux univers. Inventeurs d’un “dancefloor classique”, proposant aux mé- lomanes comme aux néophytes de nouvelles conditions d’écoute, le Cabaret contemporain s’emploie à décloisonner les univers, à bousculer les règles figées du concert pour permettre une approche plus festive, plus joyeuse (et, qui sait, plus démocratique), des répertoire classiques et contemporains. Chorégraphes et metteurs en scène, fondatrices de la compagnie Toujours après minuit, Brigitte Seth et Roser Montlló Guberna ont, dès 1995, fait le choix d’une approche nomade et plurielle, mêlant la parole et le mouvement, la littérature et la musique, travaillant en duo ou en groupe, en français, en italien, en allemand, en espagnol et en catalan, dans des petits et des grands théâtres, dans la rue, dans les cafés ou dans les appartements, intégrant toutes les disciplines sans se soumettre à aucune. Pour ce spectacle, elles ont fait appel à quatre danseurs aux âges et aux parcours très différents.
 
Brigitte Seth & Roser Montlló Guberna et Le Cabaret contemporain
Œuvres de John Cage
Mise en scène, Chorégraphie : Brigitte Seth et Roser Montlló Guberna
Danseurs : Alexandre Bibia, Rodolphe Fouillot, Olga Plaza, Gérald Weingand
Lumières : Françoise Michel
Guitare électrique : Giani Caserotto
Piano : Fabrizio Rat
Contrebasse : Ronan Courty
Batterie : Julien Loutelier
Chant : Isabel Sorling
Son : Pierre Favrez
 

 

Commande de la chorégraphe Emmanuelle Vo Dinh dans le cadre des «Histoires exquises».

Interprété par Magali Caillet.

Création à la Scène Nationale d’Alençon, tournée en France.

Commande du Théâtre National de Catalogne à Barcelone – direction Sergi Belbel.

6 interprètes - texte Robert Walser (2008)
Création du 11 avril au 8 mai 2008 au TNC.

En 1999-2000, Brigitte Seth et Roser Montlló Guberna réalisent la chorégraphie de la trilogie Monteverdi sous la direction musicale de Jean-Claude Malgoire : Orfeo, Le retour d’Ulysse et Le couronnement de Poppée, création à l’Atelier Lyrique de Tourcoing, tournée en France puis reprise en 2001 au Théâtre des Champs-Elysées à Paris et à nouveau tournée en France.
En 2001, à l’Abbatiale au festival de la Chaise-Dieu, elles chorégraphient Madeleine aux pieds du Christ d’Antonio Caldara, direction musicale de Arie Van Beck.
En 2007, elles créent la mise en scène et la chorégraphie de Orfeo ed Euridice de Gluck avec dans le rôle/titre Philippe Jarrousky, direction musicale de Jean-Claude Malgoire, création à l’Atelier Lyrique de Tourcoing. Co-réalisation cie Toujours après minuit pour les lumières, costumes, scénographie.