Compagnie Toujours après minuit

Elles œuvrent dans l’entre deux, au croisement des langages. Cela depuis leurs premières performances à double visage, El como quieres (1997) et Personne ne dort (1998), emblématiques d’un compagnonnage aux projets foisonnants et la création de leur compagnie Toujours après minuit. Brigitte Seth et Roser Montlló Guberna ont d’emblée choisi d’investir la scène dans des espaces intermédiaires. Les territoires qu’elles défrichent pas à pas, entre théâtre, danse et musique, sont autant de paysages sensibles qui émanent des corps en mouvement.
Façonnés entre gestes et mots, glissant du français à l’espagnol ou au catalan, leurs spectacles cultivent les décalages de sens, les associations incongrues.
Une façon nomade et plurielle de travailler, qui revient sans cesse puiser dans ce gisement d’intelligence et de fantaisie qui surgit du dessous des choses, du non-dit des corps. De l’intime à l’étranger, le propos de leurs pièces fait entendre sur scène la part de l’autre, son droit de cité. Une manière particulière de féconder le sens, de lui donner chair à travers le rire et l’émotion, l’énigme et l’allégorie. Cette topographie artistique qu’elles qualifient de théâtre dansé, est issue « d’un travail profond, éprouvant parfois, au service d’un “mieux dire utopique” ».
 
Irène Filiberti